Quatuor PARISII

Créé au début des années 80 par quatre étudiants du Conservatoire National Supérieur de Paris, tous premiers prix d’instrument et de musique de chambre, le Quatuor Parisii célèbrera prochainement son 40ème anniversaire. La clé de voûte de son itinéraire, l’art de la recherche du son parfait combiné à la conviction que la musique doit vivre de l’intérieur, lui est léguée par son maître Maurice Crut, brillant représentant de la grande tradition franco-belge et membre du célèbre Quatuor Pascal.

L’apprentissage des premières années voit cethéritage fructifier au contact des quatuors Melos, Amadeus et Lasalle pour être consacré à l’occasion des concours internationaux d’Evian et de Munich, que le Quatuor Parisii remporte en 1987. Les plus grandes séries de musique de chambre s’ouvrent alors à lui et il se produit dès lors dans plus d’une centaine de concerts par an, dans plus de 80 pays. Forts de leur exigence commune à la fois d’excellence et d’éclectisme, les musiciens du Quatuor Parisii déploient au fil des ans un répertoire d’une impressionnante envergure et une qualité d’interprétation rarement égalée, qui les placent sans équivoque dans la cour des plus grands. Ils attachent également beaucoup d’importance à soutenir la création et ils ont ainsi contribué à révéler nombre de compositeurs contemporains.

Riche de plus d’une trentaine d’albums, la discographie du Quatuor Parisii se distingue – à l’image de son parcours musical – à la fois par son étendue et par la grande variété des répertoires couverts : outre les grandes intégrales (Beethoven, Brahms, Webern), les premiers enregistrements mettent à l’honneur le répertoire français (Ibert, Roussel, Tailleferre, Pierné, Franck, Fauré) que le Quatuor Parisii s’est approprié et pour lequel sa légitimité fait l’unanimité à travers le monde. Sa discographie fait également une large place au répertoire contemporain, avec de nombreuses créations (Amy, Pesson, Canat de Chizy) et la redécouverte de pièces emblématiques du XXè siècle (Hahn, Menu, Boulez).

Parmi les multiples récompenses à son actif (« ffff » de Télérama, « Diapason Découverte », « Choc » du Monde de la Musique…) on peut citer en particulier une « Victoire de la musique » (1994) ainsi que le Grand Prix Charles Cros (2002) consacrant l’intégrale des 18 quatuors de Milhaud. En 2010 la discographie s’est enrichie d’un disque consacré à Chausson aux côtés de Sandrine Piau, Régis Pasquier et Philippe Bianconi. En 2013, outre la sortie de deux disques dédiés respectivement à T. Dubois et T. Gouvy, l’enregistrement des « Litanies pour Ronchamp » de G. Amy aux côtés de l’ensemble Solistes XXI, accompagnées de l’Adagio du 15ème quatuor de Beethoven a reçu le « Coup de coeur » de l’académie Charles Cros, ainsi que le Prix de la Sacem décerné par l’Académie du disque lyrique. En 2013 toujours, l’enregistrement par le Quatuor Parisii de l’intégrale du « Livre pour quatuor » de Pierre Boulez a fait l’objet d’une réédition par Deutsche Grammophon au sein d’un coffret consacré aux oeuvres complètes de ce compositeur. En 2015 est paru le disque « Balnéaire » consacré à la musique de chambre de Laurent Lefrançois. Le disque « Cantilena » du compositeur Giuliano D’Angiolini, paru en 2016, a fait l’objet d’une critique élogieuse de Resmusica ainsi que The Guardian.

A l’approche de son 40ème anniversaire, le Quatuor Parisii s’appuie sur ces accomplissements ainsi que sur sa curiosité et son émerveillement insatiables à l’égard de la richesse du répertoire, pour continuer à défricher et approfondir celui-ci : le projet « (R)évolutions » choisi par le Quatuor Parisii pour souffler ses 40 bougies est ainsi né de l’envie et du besoin de se concentrer sur l’essentiel et l’universel en se recentrant sur un corpus d’oeuvres de Haydn (op. 76), Mozart (quatuors dédiés à Haydn) et Beethoven (opus 18) constituant à la fois la source et la quintessence du répertoire pour quatuor.

Arnaud Vallin, premier violon

Florent Brannens, second violon

Dominique Lobet, alto

Jean-Philippe Martignoni, violoncelle