RADULOVIC Nemanja

Lauréat du prix Echo Klassik 2015 de la révélation de l’année, le violoniste franco-serbe Nemanja Radulović a pris d’assaut le monde de la musique classique avec sa virtuosité exaltante, sa profondeur d’expression et sa programmation aventureuse, tant dans le studio d’enregistrement que sur la scène de concert. Artiste exclusif de Deutsche Grammophon, son dernier album, Baïka, présente ses interprétations évocatrices du Concerto pour violon de Khatchatourian ainsi que de Shéhérazade de Rimski-Korsakov, arrangées pour violon solo et orchestre de chambre.

Après des débuts très attendus, “magiques” (Barry Creasy, musicOMH) aux BBC Proms avec l’Orchestre symphonique de Bournemouth et Kirill Karabits, et un Concerto pour violon de Barber dont “la délicatesse lyrique et la super-virtuosité du dernier mouvement ont été saisies à la quasi-perfection” (The Times), Radulović a récemment et prochainement effectué une vaste tournée européenne avec l’Orchestre symphonique académique d’État russe et Andrey Boreyko ; ses débuts avec l’Orchestre symphonique de Göteborg, le Philharmonia Orchestra, l’Orchestre symphonique de Sydney, l’Orchestre symphonique de la radio de Leipzig, l’Orchestre symphonique de Düsseldorf, l’Orchestre symphonique national RTE de Dublin, l’Orquesta Sinfonica de Valencia et l’Orchestre philharmonique de Strasbourg ; l’ouverture de la saison de la série Jeunesse Musicale au Konzerthaus de Vienne ; une interprétation directe du Concerto pour violon de Beethoven avec l’Orchestre de chambre de Munich (qui a donné lieu à une réinvitation immédiate et à une relation suivie avec l’ensemble) ; et une collaboration spéciale avec le clarinettiste Andreas Ottensamer, l’accordéoniste Ksenija Sidorova et la pianiste Laure Favre-Kahn, qui s’est produite dans des festivals en Allemagne, en Suisse et en France.

Artiste qui cherche à élargir les frontières de la musique classique, Radulović défend le pouvoir de la musique à rassembler les gens avec son énergie et sa franchise uniques. Il a rassemblé une légion de fans fidèles dans le monde entier, qui ont pu apprécier ses prestations avec les plus grands orchestres, notamment l’Orchestre philharmonique de Munich, le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, la Staatskapelle Dresden, le Royal Liverpool Philharmonic, le Tokyo Symphony, le Yomiuri Nippon Symphony de Tokyo, l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orquesta Nacional de España, le Netherlands Radio Philharmonic, la Salzburg Camerata, le NDR Radiophilharmonie de Hanovre, WDR Sinfonieorchester à Cologne, Orchestre Philharmonique de Radio France, Orchestre National de Belgique, Orchestre National de Lille, Orchestra Sinfonica Nazionale della RAI à Turin, Orchestra della Toscana, Tampere Philharmonic, Gävle Symphony, Royal Philharmonic Orchestra, Copenhagen Phil, Geneva Camerata, Queensland Symphony, Macao Orchestra, Malaysian Philharmonic, Cadaqués Orchestra, et Bilbao Orkestra Sinfonikoa.

Radulović a une passion égale pour l’intimité de la musique de chambre, et est un récitaliste de plus en plus actif sur le circuit international. Il s’est produit dans des lieux aussi prestigieux que le Carnegie Hall de New York, le Concertgebouw d’Amsterdam, la Philharmonie de Berlin, la Salle Pleyel et le Théâtre des Champs-Élysées à Paris, le Megaron d’Athènes, le Suntory Hall de Tokyo, le Teatro Colón de Buenos Aires et le Melbourne Recital Centre en Australie. Parmi ses nombreux partenaires de récital figurent Marielle Nordmann, Laure Favre-Kahn et Susan Manoff, avec laquelle il a également enregistré un disque de sonates de Beethoven paru sous le label Decca/Universal Music.

Radulović joue régulièrement le rôle de metteur en scène avec son ensemble contagieux et énergique The Devil’s Trills – remarqué pour son “immense pureté, sa force artistique, sa passion, son intimité et ses choix dynamiques exquis, qui laissent le public complètement ébahi” (Johannes Seifert, Augsburger Allgemeine) – et son orchestre de chambre, Double Sens, qui a récemment été célébré pour ses enregistrements de Bach et de Rimsky-Korsakov, ainsi que pour The 5 Seasons, une pièce qui combine les Quatre Saisons de Vivaldi avec une nouvelle composition, Spring in Japan, d’Aleksandar Sedlar, dédiée aux victimes du tsunami japonais en 2011. Leurs autres enregistrements récents incluent Paganini Fantasy (2013), Journey East (2014), BACH (2016), Tchaikovsky (2017), et plus récemment Baïka (2018).

La reconnaissance de Radulović pour son travail dans la musique classique comprend la Révélation internationale de l’année par les Victoires de la musique classique en 2005, un doctorat honorifique de l’Université des arts de Niš, en Serbie, et un ELLE Style Award pour le musicien de l’année en 2015. Il est lauréat de plusieurs concours internationaux de violon, comme le Joseph Joachim de Hanovre, le George Enescu de Bucarest et le Stradivarius de Crémone.

Né en Serbie en 1985, Nemanja Radulović a étudié à la Faculté des arts et de la musique de Belgrade, à la Saarlandes Hochschule für Musik und Theater de Sarrebruck, à l’Académie Stauffer de Crémone avec Salvatore Accardo et au Conservatoire de Paris, de renommée mondiale, avec Patrice Fontanarosa.